Soulever le Voile



Livre de poésie bilingue - 10.95$ (Borealis Press, 2001)



Devise E-U

Devise Canadienne


J'ai écrit le poème titre Soulever le Voile après avoir lu un chapitre de Jerusalem, One City, Three Faiths par Karen Armstrong. J'étais impressionnée par la scène dans laquelle le général romain Pompey a pris d'assaut le temple de Jérusalem. Armstrong décrit le symbolisme attaché aux sections différentes du temple - la cour des gentils, la cour des femmes, la cour des hommes juifs, la cour des prêtres et finalement, le devir, l'endroit le plus sacré. Je pouvais voir l'étonnement de Pompey à ce qu'il a trouvé (ou n'a pas trouvé) lorsqu'il a déchiré le voile sacré.

Soulever le Voile

Au-delà du chaos de la mer primordiale,
au-delà du monde organisé
de la terre, du feu, de l'eau et de l'air,
au-delà de la rencontre des opposés,
de la noirceur et de la lumière,
au-delà de la sainteté du rituel
et de l'appel de la prière,
pend un voile, fait de fantaisies tissées dans un rêve.

Et nous sommes pris dans ses fils de soie luisants.
Il n'y a pas de désir
qui ne demande pas que l'on soulève ce voile.

En septembre 63, avant l'ère présente,
Pompéi a pris Jérusalem.
Il a pris d'assaut le temple, la Cour des Prêtres.
Il a soulevé la main pour déchirer le voile,
pour entrer le devir, l'endroit le plus sacré.
Il a trouvé une chambre vide.

Il n'y avait rien que l'Invisible.
Le brave général se retourna et se sauva.

Il n'y a qu'une réalité et c'est celle de l'Invisible,
Celui qui s'est enflammé en haut de la montagne sacrée,
Celui qui a coulé dans les eaux du Jourdain,
Qui a chuchoté dans le vent d'une cave isolée dans le désert,
Celui qui est dissimulé,
Découvert seulement par l'ouverture du coeur.

Qui peut prendre ce qu'il ne peut pas voir?
Soulève le voile doucement,
Avec la pureté en silence.
Nous trouvons ce que nous amenons.
Le coeur sait.